Charles Wagner, prédicateur, conférencier et écrivain

Publié le par la rédaction

Charles Wagner

 
Charles Wagner est né en 1852 à Vibersviller (Lorraine) où son père est pasteur luthérien. En 1854 la famille Wagner s'installe à Tieffenbach, en Alsace. 
Charles Wagner grandit au contact de la nature puis fait de solides études de théologie à Paris et Strasbourg, avant d’embrasser à son tour le ministère pastoral, successivement à Barr, en Alsace (alors sous administration allemande) et à Remiremont, dans les Vosges. En 1883 il est appelé à Paris par le Comité libéral, dans un contexte difficile marqué par les affrontements entre orthodoxes et libéraux. Il refuse de toutes ses forces ces déchirements, ces églises transformées en « champs de bataille » et, malgré l’échec de l’assemblée de Jarnac en 1906, ne cesse d’appeler les protestants à l’unité. Il exerce ses activités religieuses et sociales dans de modestes endroits du quartier de la Bastille : une simple pièce de son appartement puis des locaux de fortune rue des Arquebusiers et, à partir de 1892, boulevard Beaumarchais. Enfin, le 17 mars 1907 est inauguré rue Daval (aujourd’hui rue du pasteur Wagner) le temple du Foyer de l’Âme où « l’on enseigne l’humanité » : « Qui que tu sois, frère et passant, paix sur toi (...). Entre ici ; tu ne seras l’hôte d’aucune famille étroite (...) ; tu seras l’hôte de Dieu et ton âme sera chez elle. »
 
Prédicateur, conférencier et écrivain des plus remarquables, Charles Wagner met sa parole et sa plume au service de ses convictions. « Ami de Dieu et des hommes », animé d’une foi qui n’est prisonnière ni des formules ni des doctrines, il pratique un christianisme chaleureux et efficient, prenant la défense des faibles, luttant contre les injustices et les exclusions. Dans un esprit de conciliation et de fraternité, il concourt à jeter les bases d’un dialogue entre les religions, ayant depuis toujours choisi « le sentier qui mène à la paix ». Le rayonnement de sa pensée et de son action s’étend Outre-Atlantique ; en 1904 le président Théodore Roosevelt l’invite en Amérique où il donne 150 conférences. En France, où de nombreuses œuvres laïques d’enseignement font appel à lui, il forme des générations de jeunes et son engagement  –  inspiré par le Christ, « l’éternel contemporain »  –  suscite le respect et l’admiration de tous. Il disparaît le 12 mai 1918, laissant l’empreinte de l’un des grands guides spirituels de son temps.
 
Gallica vous permet d'écouter Charles Wagner donner une leçon de morale à la Sorbonne le 7 février 1912 : Leçon de morale.
 
Source : Église réformée de la Bastille, Temple protestant du Foyer de l'Âme (membre de l'Église protestante unie de France EPUdF)
-------------------------------------------------------------------------------------
 
Si les articles de ce blog vous intéressent, vous pouvez vous abonner aux nouvelles publications en inscrivant simplement votre adresse mail dans l’espace dédié dans la colonne de droite.

Publié dans Biographies, Charles Wagner

Commenter cet article