J’ai juste envie de parler d’humanité

Publié le par la rédaction

Humeur d'un soir
 
… parce que parfois il faut prendre la plume…
 
Je ne vais pas faire de la théologie (d’autres en font bien mieux que moi), ni de la sociologie (mauvais souvenirs de fac), ni de l’éthique (nous avons un spécialiste dans nos rangs), encore moins du biblicisme à outrance (la guerre des versets à tendance à m’ennuyer). Non, j’ai juste envie de parler d’humanité.
 
L’humanité, vous savez, tous ces gens qui se croisent, se bousculent, discutent, rient, courent, trainent et que l’on peut observer derrière nos fenêtres à double vitrage.
 
Vu d’ici, on se dit qu’ils n’ont que peu d’importance tous ces gens que l’on ne connait pas, et que nous, nous sommes bien mieux dans notre petit monde aseptisé composé de gens comme nous, au moins on est toujours d’accord ! Ça évite de trop réfléchir et ensemble on discute des dernières infos, du texte biblique du jour, duquel nous avons tous la même interprétation, c’est plus simple !
 
Et si cette humanité nous la regardions autrement qu’à travers nos JT, si nous allions la rencontrer ? Ah, la proposition vous fait peur ? De loin, on peut les mépriser, les juger voire les condamner, mais de près, il va falloir s’intéresser. S’intéresser à des gens si différents, c’est risqué !
 
C’est ce risque que beaucoup n’osent pas prendre actuellement (d’ailleurs, l’ont-ils pris un jour ?) : ils écrivent des articles, des prières du haut de leur bureau double vitré à destination de « ces » gens-là ou plus exactement, sur « ces » gens-là, ceux-là même qu’ils ne connaissent pas et voient de loin, très loin. Et en l’occurrence, actuellement, « ces » gens-là, ce sont les homosexuels. Les homosexuels…, ils pensaient que depuis Sodome le « péché » et ses « pécheurs » avaient été éradiqués. Mais horreur, ils ont survécu ! Non seulement cela, mais maintenant ils veulent se marier…, pire : ils peuvent se marier à la mairie et demandent une bénédiction au Temple ! Il parait qu’ils veulent même des enfants (ne leur annonçons pas tout de suite que les enfants d’homosexuels se comptent par milliers, ils ne s’en remettraient pas !)
 
J’ai une proposition pour nous tous : éteignons nos télé, fermons nos Bibles (si, si, on a le droit de faire ça), levons-nous, ouvrons la porte et sortons ! Sortons à la rencontre de nos frères et sœurs en humanité. Pas les frères et sœurs que nous avons l’habitude de côtoyer dans nos Eglises, ceux-là nous ressemblent trop, mais les autres : ceux qui ne croient pas en Dieu, ceux qui pensent différemment, ceux qui n’ont pas la même vie que nous, ceux qui ont fait d’autres choix et laissons-nous bousculer, laissons notre peur de l’inconnu s’évanouir : ils ne sont ni méchants, ni contagieux, ni complotistes.
 
N’ayez pas peur (tiens, ça me rappelle quelque chose), car la peur ressassée pousse à sortir les griffes de la haine et du jugement… et tout cela, il me semble, n’est pas vraiment évangélique, d’autant plus lorsqu’on prétend parler de bénédiction.
 
Allez, venez, on vous attend dehors – pour ma part, je suis allergique aux lieux aseptisés, je préfère trainer dehors avec « ces » gens-là.
 
Voila mon message, vous en ferez ce que vous voudrez (après tout, je ne suis qu’une femme qui aurait certainement mieux fait de se taire avec son petit fichu sur la tête… Ah, zut, notre Eglise reconnait le ministère féminin… Paul doit se retourner dans sa tombe !)
 
Nicole Roulland-Rupp, ministre de l’EPUdF en Savoie
 
 

Commenter cet article

calladine genevieve 21/05/2016 21:58

Tout à fait d accord, surtout quand "ces gens-là" ( les homosexuels) sont votre propre fille,mariée,mariage béni par un pasteur, et oui ! Personne n'est mort, ni de honte, ni de mécréance, si le terme convient. Tout le monde se porte bien, est VIVANT. Venez traîner avec nous au grand air, madame, la vie est si belle.