Sébastien Castellion : Combat pour la liberté de pensée en matière religieuse

Publié le par la rédaction

Sébastien Castellion
ou la liberté de la conscience


Sébastien Castellion est né en 1515 à Saint-Martin-du-Fresne, village proche de Nantua dans l'Ain. Il est mort à Bâle, le 29 décembre 1563, à l'âge quarante-huit ans. Cette courte vie fut riche de tout ce qui fait un homme véritable et un savant. Et surtout un Réformateur en avance de deux siècles sur son temps.

Fils de paysans pauvres et scrupuleusement honnêtes, Sébastien Castellion dut sans doute à la générosité d'un mécène la possibilité d'aller pousser très loin, à Lyon, ses études d'humaniste. Le jeune homme, fort à l'aise parmi les poètes et littérateurs antiques, s'adonne avec passion à la littérature grecque. Comme beaucoup d'humanistes, il sait composer, avec goût, érudition, enthousiasme, des poèmes dans le plus pur grec classique. Si deux évènements n'étaient venus le marquer à jamais, Sébastien Castellion se serait tourné, pour gagner son pain, vers l'enseignement sous toutes ses formes ; il aurait été, de surcroît, un poète admiré, fréquentant les meilleurs cercles d'humanistes. C'eût été, à la fois, fort peu, et beaucoup. Mais le Destin devait frapper ses deux coups afin d'engager à jamais le jeune érudit dans sa voie véritable : celle de Dieu.
 
1 - Avec Jean Calvin, son maître
 
Le premier est, à Lyon, le brûlement, en 1540, et sur l'ordre du cardinal de Tournon, de quatre hérétiques : trois luthériens et un marchand qui refusait de s'agenouiller devant une image pieuse. Depuis la diffusion avérée ou souterraine du luthéranisme en France, princes et inquisiteurs traquaient les suspects. Les exécutions se multiplièrent. Et Lyon, ville-carrefour, ville d'imprimeurs fut mise sous surveillance.

Depuis 1536, les autorités religieuses avaient tout lieu de se méfier d'un jeune réformé français, instruit dans les meilleures écoles : Jean Calvin. En mars 1536 paraît, en latin, la première édition de l'Institution Chrétienne, dont le succès sera immense. Sébastien Castellion se plonge avec fièvre, en 1539 ou 1540, dans la seconde édition de l'ouvrage. Le nom de Jean Calvin commence à être très connu. L'ouvrage, copieux, impressionne.

Après lecture, Sébastien Castellion comprend qu'il n'a plus le droit de s'occuper uniquement de belles-lettres. Son érudition d'humaniste ne peut plus être un but en soi : elle doit servir aux autres, servir la religion nouvelle. Comme d'autres jeunes gens qui ont lu l'Institution Chrétienne, Sébastien Castellion n'a plus qu'une idée : rejoindre et prendre pour maître, à Strasbourg où il a dû provisoirement se replier, Jean Calvin. Dès mai 1540, Sébastien Castellion est à Strasbourg. Ses études lyonnaises l'avaient déjà, et peut-être à son insu, mis en contact indirect avec la Réformation, certains maîtres ayant été autrefois des luthériens. Le supplice des hérétiques et la lecture de Jean Calvin donnèrent à Sébastien Castellion l'impulsion décisive.

Au XVIe siècle, il était d'usage que la plupart des maîtres prissent en pension chez eux les étudiants qu'ils consentaient à instruire dans les langues anciennes, la religion, les bonnes manières, la vie. Mais Sébastien Castellion, en pension chez Jean Calvin, ne jouit que quelques jours du beau rêve réalisé : il doit chercher à se loger ailleurs. Trop de monde tente de se réfugier chez le Maître. Et bientôt, une veuve, Idelette de Bure, arrivera, avec ses enfants, pour devenir l'épouse de Jean Calvin. Ce dernier multiplie les absences pour raisons religieuses. De surcroît, il entend bien reprendre au plus tôt Genève, la ville qui l'a chassé et qui maintenant le supplie de revenir. Fin 1540, la peste éclate à Strasbourg, faisant des victimes nombreuses. Alors Sébastien Castellion prend la route de Genève. Il y est en juillet 1541. Jean Calvin s'y transporte définitivement en automne de la même année.

Avant son rejet par les Genevois, Jean Calvin avait mis sur pied le Collège de Rive ; il avait appelé, comme directeur et enseignants, les meilleurs maîtres. Bannis comme il l'a été, ils sont en poste dans d'autres écoles. Pour réformer à fond les mœurs, remettre l'enseignement en état, former les futurs pasteurs, Jean Calvin doit repartir à zéro. Bien décidé à placer de nouveau la barre très haut, Jean Calvin rappelle, à la direction de son collège, le célèbre pédagogue Mathurin Cordier, lequel enseigne alors à Neuchâtel et ne peut se détacher de ses fonctions. C'est alors que Sébastien Castellion, merveilleusement formé en France, offre son aide. Faute de mieux car il est bien jeune, Jean Calvin et les Conseillers de Genève l'acceptent comme directeur pour le collège, et ce jusqu'à la venue, encore espérée de Mathurin Cordier.
 
2 - Un pédagogue heureux

Voilà donc notre Sébastien « régent et maître d'escolle ». Il devra, sur son maigre salaire de 450 florins, payer les deux « bacheliers » qui lui sont baillés comme aides. Et, ce qui le comble de joie, lui le jeune réformé tout feu et tout flamme, il prêchera dans la petite paroisse de Vandoeuvres. Il prête, le 5 avril 1542, son serment de « régent » des écoles devant le Petit Conseil de Genève. Modeste, il n'oublie nullement que, même nommé régulièrement, il se retirera sans faute si Mathurin Cordier parvient à revenir.

Sébastien Castellion est heureux. Il voudrait tout réorganiser, donner aux jeunes tout son savoir. Pour ses élèves, il compose la première édition (1543) de ses célèbres Dialogi Sacri. Cet ouvrage didactique et religieux, appartenant au genre « colloques scolaires », ne puise que dans la Bible, et non, comme les Colloques d'Erasme, par exemple, dans l'humanisme tout entier et dans la vie. A Lyon, Sébastien Castellion a eu des maîtres remarquables, et sa curiosité intellectuelle et religieuse est dévorante. Jean Calvin semble l'apprécier.

En 1542 ou 1543, Sébastien Castellion se marie à son tour et marie aussi sa sœur Étiennette à l'un de ses aides au Collège, Pierre Mossart. Et comme tout ce monde est bien pauvre, des querelles d'intérêt surgissent en famille, ce qui déplaît infiniment à Jean Calvin. Sous-payé, Sébastien Castellion se plaint à Jean Calvin, lequel apprécie peu qu'on récrimine. N'empêche ! Tout enthousiasmé par la Réforme, Sébastien Castellion entreprend une traduction en français du Nouveau Testament. Colère de Jean Calvin, qui accepte à contrecœur de corriger, quand il en aura le temps, le travail de Sébastien Castellion. Il garde ainsi un droit de surveillance sur son jeune disciple. Mais dans ses lettres à Pierre Viret, Jean Calvin exprime son agacement et juge Sébastien Castellion avec sévérité. Il ne veut pas comprendre le but et la méthode de ce qui sera, plus tard, une étonnante et admirable Bible française. Et il ne trouve pas, chez son jeune admirateur, la très flatteuse déférence qu'il exige de tous. Aussi multiplie-t-il très tôt, sur le chemin de Sébastien Castellion, les refus et les entraves. Si ce dernier en souffre, il refuse de céder : il a l'intime conviction d'avoir raison dans ce qu'il entreprend, se sert de son intelligence d'humaniste gagné à la théologie protestante et au libre examen des textes bibliques. Il a, certes, un certain usage du monde, vite acquis à Lyon, mais il est fier. Il ne pliera point, ne flattera personne, fût-ce Jean Calvin. Là-dessus, à la fin de l'an 1542 et en 1543, la peste éclate à Genève et se répand. Les pasteurs calvinistes en fonction refusent d'aller réconforter les malades à « l'hospital pestilencial » de Genève. Sébastien Castellion (qui n'est pas encore pasteur – il ne le deviendra jamais) se dévoue puisque les autres font défaut. Il s'en tirera sans y laisser la vie. Cet acte de très grand courage agace plus Jean Calvin, qu'il ne l'enchante…
 
3 - Trop libre-exaministe pour Jean Calvin

Après la peste viendront la famine, le manque d'argent pour tout, y compris pour le Collège dirigé par Sébastien Castellion ; le régent se plaint, sollicite des secours : il n'obtiendra pas un sou. Les ministres du culte, tout aussi pauvres, mais entendus plus favorablement, arrachent une « rallonge » de 12 écus, à partager entre cinq ministres. Le symbolisme de cette bienveillance soigneusement dirigée n'échappe nullement au régent des écoles. A bout de ressources pour le collège et pour sa famille, Sébastien Castellion présente sa démission ; il fera néanmoins fonction jusqu'à ce que l'on trouve un autre titulaire.

Et comme l'exercice des fonctions autres, et tant souhaitées par lui, de pasteur lui sont absolument refusées, en février 1544, Sébastien Castellion s'en va chercher du travail à Lausanne. Il part, muni de lettres de Jean Calvin qui se révèlent, pour leurs obéissants destinataires, des mises en garde insidieuses, plutôt que de réelles et chaudes recommandations. Jean Calvin a mesuré son homme : pour qui connaît parfaitement le Maître de Genève et ses œuvres, il ne fait aucun doute que Sébastien Castellion est, de longue date peut-être, condamné sans appel.

Car Sébastien Castellion est trop novateur, trop rationnel et trop rationaliste malgré sa foi profonde, trop « libre-exaministe » fût-ce en théologie. C'est un lettré, un merveilleux linguiste (en grec, latin, français ; en hébreu aussi), un esprit clair au service d'un Dieu de clarté, une plume lumineuse et nette, légèrement cicéronienne ; bref, il est un danger. Il tient tête à Jean Calvin, défendant avec intelligence et vivacité ses idées, ses trouvailles d'exégète, et cela, Jean Calvin ne peut le supporter. Naïf et entier au début de son engagement calviniste, Sébastien Castellion ne craint plus de dire au Maître que son entourage le flatte et pèche par complaisance.
 
4 - L'exil à Bâle

Il a dû souffrir, Sébastien Castellion, quand les faits lui ont démontré la soif de pouvoir et le caractère démagogique de Jean Calvin ! La coupe déborde quand il découvre avec horreur la vie relâchée et indécente de certains pasteurs nommés par Jean Calvin. Là, le jeune savant s'emporte et dénonce avec violence ce sur quoi on voudrait jeter un voile pudique. Sa colère éclate devant Jean Calvin et devant une assemblée de quelque soixante personnes. En conséquence de quoi, le 14 juillet 1544, dépossédé de tout, indésirable, il reçoit son congé de régent des écoles. C'est fini. Pour sa famille, il va chercher du travail à Berne, puis de ville en ville. Éconduit partout, Sébastien Castellion prend la route de Bâle.

A Bâle, le despotisme de Jean Calvin n'a guère fait de ravages. Ce n'est pourtant que dans l'imprimerie de Jean Oporin que Sébastien Castellion obtiendra un tout petit travail. Jean Oporin a investi dans son imprimerie et il n'est pas riche. Mais il recueille le proscrit dont les charges de famille sont déjà écrasantes ; et pendant des années, Sébastien Castellion sera correcteur dans une pauvre et excellente imprimerie bâloise. Il est un petit bout de papier très émouvant que j'ai souvent tenu entre mes doigts à l'Université de Bâle. De la fine et gracieuse écriture de Sébastien Castellion, c'est une reconnaissance de dette. Rien ne m'ôtera de l'idée que la faim et le froid supportés en famille, la misère, ont poussé un jour Sébastien Castellion à s'adresser à un patricien et humaniste de Bâle : cet homme extraordinaire a pour nom Boniface Amerbach. J'imagine sans peine leur rencontre, et la stupeur de Boniface Amerbach en découvrant les dons, l'immense culture, la foi et l'intelligence de Sébastien Castellion.

Boniface Amerbach le décide : la première chaire de grec vacante à l'Université de Bâle, Sébastien Castellion l'obtiendra. Et il l'obtient. Et il y brille. Sébastien Castellion forge à nouveau de bons et beaux outils en publiant des classiques grecs à l'intention de ses étudiants. Sa famille a du pain ; lui-même atteint son but : traduire et annoter la Bible en français comme en latin. Il sait que, de Genève, Jean Calvin n'a jamais relâché sa surveillance et qu'elle va se resserrer encore.
 
5 - L'affaire Michel Servet
 
Jean Calvin s'est doté d'un second fort douteux – qui deviendra pourtant son successeur : Théodore de Bèze. La ville qu'il a reprise a cessé peu à peu de respirer, de danser et de rire. Les récalcitrants sont traduits en justice ; le médecin Jérôme Bolsec échappe de peu à la mort. Un autre médecin, l'Espagnol Michel Servet, qui prétend reprendre au départ le problème de la Trinité, n'aura pas cette chance. Jean Calvin le guette de longue date, finit par piéger sa victime à Genève même, où Michel Servet ne s'attendait pas à trouver en Jean Calvin son ennemi le plus implacable. Il est arrêté, emprisonné, interrogé. Et le 27 octobre 1553, Michel Servet, chercheur à l'âme pure, expire sur le bûcher de Champel. Est-il vraiment un hérétique ? Sans aucun doute. Lui avait seulement voulu chercher la Vérité, allant, dans ce seul but, jusqu'à apprendre l'hébreu. Mais les abîmes théologiques, et surtout trinitaires, sont dangereux et insondables. Après le brûlement de Michel Servet, Jean Calvin tient pratiquement entre les mains les deux glaives à la possession desquels il aspirait : celui du juge religieux ; celui du magistrat civil. Il savoure sa triste victoire. Cependant le réveil sera dur. Déjà avant le bûcher de Michel Servet, des hommes de bien, cultivés et de poids, tel le jurisconsulte italien Matteo Garibaldi, de passage à Genève, ont en vain tenté de fléchir Jean Calvin. Moins d'une semaine après Champel, des pamphlets anonymes sortent de plumes fermes et sûres.

L'Europe protestante se réveille avec la sinistre impression d'avoir enfanté un tyran. Jean Calvin s'étonne : il a frappé vite et fort, et, croit-il, au bon moment. Mais tout le monde comprend enfin que l'on ne peut ainsi punir et brûler un hérétique tel que le malheureux Michel Servet, qui ne s'est jamais rétracté, et qui a dû rendre son âme à Dieu dans l'atroce douleur de son cœur et le profond étonnement de sa pensée.
 
6 - La contre-attaque
 
La pensée protestante restée libre par origine et par essence va s'efforcer de le venger. Sébastien Castellion et ses collègues de Bâle montent en première ligne. Bientôt, en plus des pamphlets, circule un solide recueil, publié sous divers pseudonymes, mais où peuvent se reconnaître, entre autres, l'esprit de Sébastien Castellion et de Coelio Secondo Curione. La sanglante répression de l'anabaptisme ne doit plus se reproduire, l'Europe en est parfaitement consciente. Jean Calvin est obligé de justifier le bûcher de Michel Servet dans les délais les plus brefs. Il attaque donc, dans une Defensio orthodoxae fidei de Sancta Trinitate, les « monstrueuses erreurs » de Michel Servet. Plusieurs choses se passent. Sébastien Castellion contre-attaque sous son vrai nom. Et Jean Calvin, qui a envoyé son propre ouvrage partout, se voit désapprouvé, avec la plus grande politesse épistolaire, en tout premier lieu par quelqu'un qu'il connaît bien, le bon, brave et merveilleux bernois : Nicolas Zurkinden, juriste.

Jean Calvin et Théodore de Bèze reprennent la plume. Et Sébastien Castellion aussi, qui entend bien démontrer que le magistrat civil n'a pas à sévir en matière de religion. C'est l'ouverture, après le triste bûcher, de l'immense combat pour la liberté de conscience. Tous les écrits de Sébastien Castellion sur le sujet ne seront pas publiés de son vivant. Passés en Hollande, ils alimenteront les débats religieux de ce pays. Certains manuscrits ne seront publiés qu'après 1950. La postérité religieuse et philosophique de Sébastien Castellion sera hollandaise, anglaise, européenne, et il nous faut absolument lire sur ce sujet les ouvrages et articles de mon maître bâlois, le professeur Hans Rudolf Guggisberg. De même, les deux volumes consacrés à Sébastien Castellion par le protestant libéral français, Ferdinand Buisson, sont eux aussi, bien que plus anciens, totalement incontournables.

Sébastien Castellion ne cessera jamais son combat pour la liberté de pensée en matière religieuse, cette liberté qui permet d'éviter le bûcher à ceux qui cherchent Dieu non sans piété, mais en suivant la démarche de la Raison. Il reprendra le grand thème luthérien, mélanchtonien et généreux des adiaphora, et le développera de manière splendide, principalement dans un ouvrage en avance de deux siècles, le De Arte Dubitandi : « oui, il y a, dans l'Écriture, des passages obscurs et incompréhensibles, il faut le savoir et l'admettre ; reconnaissons donc ce que Dieu a voulu qui fût clair à notre entendement et pratiquons sans faute ce que le Christ exige de nous. »

John Locke, philosophe des Lumières, dont la première traduction en français date tout juste de 1700, va s'enthousiasmer pour les idées, si semblables aux siennes, de Sébastien Castellion à propos de la tolérance religieuse. Dans sa célèbre Lettre sur la Tolérance, parue en latin et en anglais, John Locke, dans la version latine de l'ouvrage, présente, dans son style, un stupéfiant mimétisme avec le style latin de Sébastien Castellion. Sébastien Castellion aura été, bien à l'avance, une sorte de philosophe des Lumières et le XVIIIe siècle lui rendra justice.

7 - Un dernier mot

Sébastien Castellion fut traqué par Jean Calvin et par Théodore de Bèze jusqu'à son dernier souffle. Provoqué, à Bâle même, par ses ennemis, il rendra, épuisé, le dernier soupir avant d'inévitables et mortelles poursuites. Sébastien Castellion sera porté en terre sur les épaules de ses étudiants bouleversés. Il doit dormir son éternité heureuse quelque part dans le cloître du Münster bâlois, non loin de ses compagnons de lutte pour une religion plus ouverte et plus libre. Une douce paix et une douce lumière tombent des fenêtres anciennes. Le lierre terrestre pousse dru. Et, tout en bas, sous la haute terrasse, coule le Rhin, où Sébastien Castellion, dans ses jours de misère, récupérait, selon l'usage, le bois flotté attribué aux gens des rives.

Marcelle Derwa,
maître de conférences, Université de Liège, Vivre 95/2,
à qui nous empruntons ce texte sur Sébastien Castellion, car d'une clarté rare.

Source : Profils de libertés
-------------------------------------------------------------------------------------
 
Si les articles de ce blog vous intéressent, vous pouvez vous abonner aux nouvelles publications en inscrivant simplement votre adresse mail dans l’espace dédié dans la colonne de droite.

Commenter cet article