Je suis juste de l'autre côté du chemin

Publié le par la rédaction

« La mort n'est rien : je suis seulement passé(e) dans la pièce à côté.

Je suis moi. Vous êtes vous.

Ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours.

Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné.

Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait, n'employez pas un ton différent.

Ne prenez pas un air solennel ou triste.

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.

La vie signifie tout ce qu'elle a toujours signifiée. Le fil n'est pas coupé.

Pourquoi serais-je hors de vos pensées, simplement parce que je suis hors de votre vue ?

Je vous attends, je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.
 
Vous voyez, tout est bien... »
 
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
 
Ce texte dont l'auteur est anonyme a été faussement attribué à Charles Péguy.
Explications ICI
 
 
N.B. Ce texte est lu lors d'enterrements. Il est toutefois souhaitable que la personne défunte ait été dans cet état d'esprit. (NDLR)
-------------------------------------------------------------------------------------
 
Si les articles de ce blog vous intéressent, vous pouvez vous abonner aux nouvelles publications en inscrivant simplement votre adresse mail dans l’espace dédié dans la colonne de droite.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article