Dieu souffre avec nous de notre malheur

Publié le par la rédaction

La théologie du Process est-elle un progrès ?
 
Le paroissien s'intéresse-t-il à la théologie ?
 
 
Réponse du professeur John B. Cobb
 
Les paroissiens ont, comme tout le monde, des convictions qui gouvernent leur existence et qui apparaissent, en particulier, lors d'un drame. C'est ainsi que l'on entend certains parents s'écrier :
 
« Pourquoi Dieu m'a-t-il pris mon enfant ? »,
« pourquoi a-t-il permis sa mort ? ».
 
Ces remarques manifestent la conviction sous-jacente qu'un Dieu serait responsable de ce malheur ou du moins qu'il aurait eu le pouvoir de l'empêcher.
 
Les théologiens du Process estiment que de telles idées sont malsaines. Ils enseignent que Dieu œuvre toujours et en toutes circonstances pour le bien et qu'il n'est pas le seul maître de ce qui survient. Ce n'est pas lui qui est responsable de la mort d'un enfant ; bien au contraire, nous croyons que Dieu a tout fait pour le sauver et qu'il souffre avec nous de notre malheur.
 
~~~~~~~
 
Bien des paroissiens conçoivent Dieu comme le garant de la morale du monde et notamment de la sexualité. Je n'en veux comme preuve que l'opposition de bien des Églises au mariage des homosexuels. Cette attitude a des causes psychologiques plutôt que théologiques, néanmoins bien des gens croient y voir la volonté de Dieu.
 
La théologie du Process enseigne que Dieu veut la joie des hommes et Dieu ne peut qu'approuver notre sexualité lorsque celle-ci apporte bonheur et joie. La question du bonheur n'est pas simple ; c'est bien entendu à long terme qu'il faut en juger et c'est pourquoi la plupart des théologiens estiment que la sexualité doit être vécue dans une relation d'amour fidèle et durable. Mais cette position est prise pour favoriser les chances de bonheur humain et non par obéissance à la morale divine.
 
Si nous concevons Dieu comme désirant le bonheur des hommes, plutôt qu'attaché à défendre ses lois, nous dirons qu'il souhaite le bonheur des homosexuels ce qui n'implique certainement pas pour eux un mariage hétérosexuel ou l'abstinence d'une vie entière, ni non plus d'ailleurs, une vie dissolue et débauchée. Je crois plutôt que Dieu appelle les homosexuels à une vie régulière avec un partenaire fidèle.
 
~~~~~~~
 
Le paroissien s'intéressera-t-il à une théologie de ce genre ? J'en suis convaincu.
La théologie du Process est-elle un progrès par rapport à la théologie du Dieu tout-puissant ou celle du Dieu moraliste ? Nous en sommes également convaincus, même si tout le monde n'est pas d'accord avec nous.
 
professeur émérite de l'école de théologie de Clarmont (Californie),
Traduction Gilles Castelnau
 
Source : Protestants dans la ville, le 23 avril 2002
-------------------------------------------------------------------------------------
 
Si les articles de ce blog vous intéressent, vous pouvez vous abonner aux nouvelles publications en inscrivant simplement votre adresse mail dans l’espace dédié dans la colonne de droite.

Commenter cet article