La conception d'un Dieu tout-puissant provient des traductions trompeuses de certains textes bibliques

Publié le par la rédaction

Dieu n'est pas « Tout-Puissant »
 
Il est évident que nombreux sont ceux, croyants ou incroyants, qui sont convaincus que la toute-puissance de Dieu est enseignée par la Bible. Cette conception encourage les croyants ; mais elle est une des raisons de l'incroyance dans la mesure où elle fait bon marché de la responsabilité humaine et où elle rend incompréhensible la réalité du mal dans le monde. La théologie du Process enseigne que Dieu n'est pas tout puissant, qu'il ne contrôle pas tous les événements et ne le pourrait pas.
Cette idée, plus que tout autre, a provoqué hostilité et dédain parmi les croyants traditionnels. Ce blocage a évidemment des causes psychologiques. Les enfants pensent toujours que leur père est tout-puissant. Lorsqu'ils découvrent ses limites, ils sont prêts à attribuer ce pouvoir au « Père tout-puissant », qui est placé à la première ligne du Symbole des apôtres, bien qu'il ne soit pas dans la Bible.
 
Pourtant jamais cette notion n'aurait acquis une telle importance si on ne la pensait pas autorisée par l'Écriture. Et effectivement beaucoup de passages font allusion à la puissance de Dieu. Le plus impressionnant est peut-être celui-ci :
« L'Éternel parla à Job du milieu de la tempête et dit : Qui est celui qui obscurcit mes desseins par des propos sans intelligence ? » Job 38. 1
Ce passage laisse penser que puisque Dieu est si puissant, Job ne doit pas mettre en cause sa justice.
Des Psaumes mentionnent la souveraineté de Dieu sur la nature :
« Tu as brisé les têtes des monstres les eaux, tu as écrasé les têtes du Léviathan » Ps 74. 13 et le récit de la Création montre Dieu capable d'appeler le monde à l'existence.
 
Passer de la souveraineté de Dieu sur la nature à sa toute-puissance, pourrait apparaître peu important. C'est en réalité un changement fondamental. C'est passer de l'idée que Dieu dispose d'une grande puissance, même sur les êtres les plus forts à l'idée qu'il dispose de toute la puissance du monde. Si c'était le cas, ni le Léviathan, ni les êtres humains ne pourraient ni œuvrer avec Dieu ni lui résister ; et quantités de passages de la Bible l'affirment pourtant.
 
Si aucun passage n'affirme que Dieu dispose de tous les pouvoirs, comment cette croyance s'est-elle développée ? J'en trouve la raison dans le fait que les traductions de la Septante, de la Vulgate et des éditions suivantes utilisent indûment ce terme de tout-puissant. Il est vrai que le plus souvent, une note de bas de page précise qu'il ne se trouve pas dans le texte hébreu ; mais le lecteur se souvient moins des notes en bas de page que du texte lui-même. Je pense évidemment à la traduction du nom propre hébreu El Shaddaï par tout-puissant.
Dans l'histoire du monde, peu de décisions plus lourdes de conséquences ont jamais été prises par des traducteur ! En un mot ils ont assimilé deux divinités locales au Dieu unique d'Israël et ils ont introduit dans la pensée du lecteur l'idée que le Dieu d'Israël était tout-puissant.
De plus savants que moi étudieront la notion de grande puissance contenue dans le nom propre d'El Shaddaï. Je ne doute pas que les adorateurs d'El Shaddaï aient eu confiance en son pouvoir. Mais je n'ai jamais trouvé trace dans l'ancien Israël d'une notion de la toute-puissance correspondant à ce dont nous parlons.
Les notes de bas de page de la traduction anglaise de la New Revised Standard Version ne mettent guère le lecteur en garde.
Ainsi en Genèse 17. 1 Lorsque Abram fut âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, l'Éternel apparut à Abram, et lui dit : « Je suis le Dieu tout-puissant. Marche devant ma face, et sois intègre ». La note dit : Traduction traditionnelle de l'hébreu El Shaddaï. Elle n'ajoute aucun commentaire sur les raisons de cette traduction, de sorte que le lecteur peut être inconsciemment induis en erreur.
(Précision pour la langue française. La version Segond traduit ici : « Je suis le Dieu tout Puissant » et n'ajoute aucune note. La Bible en Français courant pareillement. La TOB traduit : « C'est moi le Dieu Puissant ». La note dit : « Hébreu : Shaddaï. Ce sens est discuté, il s'agit peut-être du Dieu appelé « le montagnard » ou le « protecteur » ; les versions l'ont rendu en général par l'expression « le tout-puissant ».) Note de Gilles Castelnau.
 
Dans l'Ancien Testament, autant que je puisse m'en rendre compte, le terme de tout-puissant est toujours la traduction de l'hébreu El Shaddaï. Dans le Nouveau Testament : « Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant ». 2 Corinthiens 6.18 Ce mot se trouve à la fin d'un long passage que cite Paul et on ne peut en conclure que l'apôtre attribue lui-même cette toute-puissance à Dieu. Les autres mentions sont dans l'Apocalypse. Le mot utilisé, pantocrator n'a pas le sens que nous attribuons aujourd'hui à tout-puissant ; il signifie plutôt puissant sur tout.
 
La théologie du Process ne nie nullement la seigneurie de Dieu sur toutes les créatures. Certaines conceptions de l'auteur de l'Apocalypse peuvent différer de la notion de puissance persuasive que les théologiens du Process attribuent à Dieu, mais si le mot tout-puissant était compris comme désignant seulement la puissance de Dieu à l'égard de toutes choses, nous l'approuverions évidemment.
 
Ma conclusion est donc que la conception d'un Dieu tout-puissant provient des traductions trompeuses de certains textes bibliques, qui se transmettent souvent depuis fort longtemps et jusqu'à nos jours. Dans la mesure où cette question a acquis dans la réflexion spirituelle une importance fondamentale aussi bien pour les théologiens que pour le lecteur de base, dans les formulations liturgiques de l'Église comme dans la prière personnelle des fidèles, sa mise en cause n'est pas une question de subtilité absurde mais bien d'honnêteté intellectuelle foncière.
 
professeur émérite de l'école de théologie de Clarmont (Californie),
 
Traduction Gilles Castelnau
-------------------------------------------------------------------------------------
 
Si les articles de ce blog vous intéressent, vous pouvez vous abonner aux nouvelles publications en inscrivant simplement votre adresse mail dans l’espace dédié dans la colonne de droite.

Commenter cet article