Toutes les religions ont en leur cœur un même élément de vérité

Publié le par la rédaction

Pluralisme religieux
 
 
Des théologiens importants du monde entier ont participé à un colloque tenu à Claremont en l'honneur de Marjorie Hewitt Suchocki, co-directrice du Centre pour les Études du Process et professeur émérite de l'École de théologie de Claremont (Californie) à l'occasion de son départ à la retraite.
 
Les discussions du colloque ont été centrées sur deux articles de David Ray Griffin et de John B. Cobb.
 
Ceux-ci affirmaient que le pluralisme religieux se refuse premièrement à dire qu'une religion serait la source unique du salut et deuxièmement affirme que la vérité du salut se trouve exprimée dans plusieurs religions.
 
Précédemment, les débats sur le pluralisme se focalisaient sur ce que David Ray Griffin appelait le « pluralisme identique ». Cette conception, discutée par d'autres, est notamment celle de John Hick, de Huston Smith et de Wilfred Cantwell Smith, repose sur le principe que toutes les religions ont en leur cœur un même élément de vérité.
 
Le « pluralisme complémentaire » de John B. Cobb s'en différencie en affirmant que les religions sont évidemment toutes à la recherche de l'unique vérité fondamentale, mais qu'aucune d'entre elles n'est capable de l'appréhender entièrement car la réalité est trop complexe. Ainsi, pour lui, toutes les religions sont vraies de leur propre point de vue et les réponses qu'elles apportent aux grandes questions de la vie sont complémentaires.
 
John B. Cobb estime que cette hypothèse fonctionne bien notamment en ce qui concerne le bouddhisme et le christianisme. La notion de salut n'est, certes, pas la même dans le bouddhisme et dans le christianisme, dans la mesure où ce mot ne désigne pas la même réalité. Mais cela n'empêche pas chacun d'enrichir sa propre compréhension de la vie en s'intéressant aux réponses que l'autre y apporte.
 
Le « pluralisme complémentaire » de John B. Cobb fait partie des hypothèses pluralistes que David Ray Griffin considère comme « authentiques » dans la mesure où elles tiennent compte de la diversité des religieuses. Il apporte une alternative intéressante au « pluralisme identique ».
 
C'est en le gardant présent à l'esprit que des théologiens chrétiens, juifs, musulmans, hindous, bouddhistes et confucianistes ont participé à ce colloque interreligieux.
 
J.R. Hustwit et Robert Vincent
Traduction Gilles Castelnau
 
Source : Protestants dans la ville, le 25 mars 2007

Commenter cet article