Robinson Crusoé et le Psaume 50

Publié le par la rédaction

1er septembre 1651, Robinson Crusoé
s'embarque pour 28 ans d'aventures...
 
C’est en tout cas ce qu’écrit le romancier anglais, Daniel Defoë (1660-1731) dans son roman paru 1719. Robinson Crusoé a fait naufrage et se retrouve seul sur une île déserte. Son cas est désespéré. Il est ensuite secoué d’une fièvre qui dure et il n’a personne sur qui compter. Il est prêt à mourir. Il  était accoutumé au péché et avait tous les vices d’un marin, mais sa situation critique le fit réfléchir.
 
Il ouvre une Bible et tombe sur ce passage du psaume 50.
 
« Cette nuit là il pria pour la première fois de sa vie et l’espérance de Dieu naquit en lui, en même temps que la vie céleste. »

Daniel Defoe, qui rédigea l’histoire, était pasteur. Et bien qu’étant surtout romancier, il en savait assez sur la religion pour décrire en termes particulièrement saisissants l’expérience d’un homme au désespoir qui trouve la paix en remettant son sort à Dieu.
 
En tant que romancier, il avait un sens du probable et il ne put trouver d’autre texte capable d’impressionner un pauvre esprit brisé. D’instinct, il perçut quelle source de réconfort se cachait dans ces paroles.
Voici quelques extraits de son journal :
 
Alors qu’il est gravement malade
« J‘allai à ce coffre, conduit par le Ciel sans doute, car j‘y trouvai tout à la fois la guérison de mon corps et de mon âme… J‘en tirai une des Bibles que je n‘avais, jusqu‘alors pas ouvertes, soit faute de loisirs soit par indifférence. J‘avais donc une Bible! (…) Ayant ouvert le livre « au hasard », les premières paroles que je trouvai furent celles-ci :

« Invoque-moi au jour de la détresse, et je te délivrerai, et tu me glorifieras. » (Psaume 50 verset 15)…
Ces paroles étaient tout à fait applicables à ma situation ; elles firent une très grande impression sur moi, et je les méditai fréquemment. »
 
N‘attendons pas d‘être sur une  île pour faire cette expérience de libération! Et si parfois notre vie de tous les jours se vit comme sur une île-prison, soyons surs que même là Dieu peut nous atteindre.
José Loncke, pasteur baptiste
 

Publié dans Billet, José Loncke

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article