Dieu ne décide pas souverainement du destin de l’homme

Publié le par la rédaction

Peut-on être Wesleyen (méthodiste)
et adhérer au Process ?
 
Beaucoup se posent effectivement la question de savoir si le fait d’adhérer à une pensée philosophie relativement récente est compatible avec le respect de l’autorité de la Bible. Je vais répondre premièrement à cette question et j’aborderai ensuite la pensée de John Wesley1.
 
La Bible raconte des histoires, chante la louange de Dieu et décrit les relations mutuelles de Dieu et des être vivants – surtout les hommes. Autrement dit, la Bible rapporte surtout des événements et c’est précisément ce qui motive le Process qui s’intéresse au fonctionnement de ces événements. [….]
 
La théologie du Process prend au sérieux les diverses découvertes scientifiques et notamment l’analyse historico-critique des textes. La tension que l’on ressent parfois entre la foi traditionnelle des fidèles et les découvertes scientifiques, dont l’analyse critique de la Bible, se retrouve aussi, mais sans doute de moindre façon dans la théologie du Process. De nombreux biblistes partagent l’idée moderne que les « miracles » n’existent pas. Si les théologiens du Process sont assez ouverts, par exemple, à la notion de la guérison par la foi, c’est parce qu’ils admettent que le psychique influence le physique et que cela peut s’opérer à distance. Cette ouverture aux phénomènes parapsychologiques ne signifie pas que tout ce qu’on en dit soit admissible, mais que l’on n’en exclut pas a priori la possibilité.
 
De nombreux passages bibliques donnent à Dieu un visage humain. La théologie du Process se refuse, comme la majorité des théologiens chrétiens, à donner un sens littéral à ces images. Dieu n’a pas littéralement marché au frais du soir dans le jardin d’Eden. Mais d’un autre côté, nous ne rejetons pas tout ce que la Bible dit de Dieu.
 
Nous pensons que Dieu apporte de réels changements dans l’histoire du monde et notamment dans la vie des hommes. Il y a une relation interactive entre Dieu et les hommes dont on trouve la trace dans la Bible et que rejettent d’autres théologies.
 
Revenons à John Wesley. Il ne rejetait pas la philosophie. Il voulait que la pensée soit à la fois biblique et rationnelle. Il traitait la science comme son alliée. Je retourne donc la question :
Peut-on être Wesleyen (protestant méthodiste) sans approuver le Process ?
Il me semble que non. John Wesley voit la vie chrétienne, avec les idées de justification et de sanctification, comme essentiellement un mouvement en progrès. Il comprend la relation de Dieu et de l’homme comme un processus interactif exactement comme la philosophie d'Alfred North Whitehead qui est à l’origine du Process.
 
John Wesley pense que Dieu ne décide pas souverainement du destin de l’homme mais exerce seulement une action de persuasion et que c’est la manière dont nous y répondons qui détermine effectivement notre avenir.
 
Évidemment cela ne signifie pas que les disciples d'Alfred North Whitehead doivent forcément approuver tout ce que John Wesley a écrit. Sa lecture de la Bible anticipait tout à fait la critique moderne – qui n’existait évidemment pas de son temps – et je pense que s’il l’avait connue, il l’aurait acceptée. Sa pensée n’encourage pas le fondamentalisme.
 
La question vise-t-elle la Trinité ? Aucun théologien du Process ne parle de la Trinité à la manière du dogme ancien, car celui-ci était présenté dans le vocabulaire de la « substance ». Je suis de ceux qui ont, de plus, une objection, non pas tant à l'encontre de la pensée trinitaire elle-même, qu’à l’idée de trois personnes égales, même si ces personnes ne sont pas conçues en terme de « substance ». Malgré toutes les explications que l’on peut donner, je ne vois l’accord de la doctrine de la Trinité avec l’unicité de Dieu. Sur ce point précis John Wesley me désapprouverait probablement. Mais il affirme lui-même explicitement qu’un tel désaccord n’a d’importance ni pour la foi chrétienne ni pour être disciple de Jésus-Christ.
 
Pour répondre à la question s’il est possible d’être Wesleyen tout en adhérant au Process, en tant que lecteur enthousiaste de John Wesley et théologien engagé dans le Process, je dis un oui sans réserve.
J’ai d’ailleurs écrit un livre sur John Wesley où j’ai fait apparaître les relations étroites de sa théologie avec celle du Process.
 
 
professeur émérite de l'école de théologie de Clarmont (Californie),
Traduction Gilles Castelnau
 
Source : Protestants dans la ville, le 24 mai 2013
-------------------------------------------------------------------------------------
1 John Wesley (et son frère Charles) ont quitté l'Église anglicane au XVIIIe siècle et ont fondé l'Église méthodiste qui est protestante.
En France l'Église méthodiste est entrée dans l'union d'Églises qui a constitué l'Église Réformée de France en 1938 puis l'Église Protestante Unie de France en 2013.
Gilles Castelnau
-------------------------------------------------------------------------------------
 
Si les articles de ce blog vous intéressent, vous pouvez vous abonner aux nouvelles publications en inscrivant simplement votre adresse mail dans l’espace dédié dans la colonne de droite.

Commenter cet article