Dieu est à l’œuvre en nous et par nous

Publié le par la rédaction

Petite introduction à la théologie du Process
 
Dieu change-t-il ?
 
John B. Cobb remarque premièrement que la théologie du Process se différencie de la théologie traditionnelle par son affirmation que Dieu peut changer. L'Écriture contient, en effet, de nombreux récits qui montrent Dieu changer d'attitude dans ses relations avec les hommes.
D'une manière générale, les Grecs concevaient la perfection comme une sorte d'invulnérabilité alors que pour les Hébreux c'est l'amour qui est parfait.
En affirmant que Dieu est absolument vulnérable et absolument amour, souffrant lorsque les hommes souffrent et se réjouissant lorsqu'ils se réjouissent, la théologie du Process rejoint tout à fait la Bible.
 
Le panenthéisme
 
La notion du panenthéisme, qui est celle du Process, est également en accord avec l'Écriture. Le panenthéisme est une conception intermédiaire entre le théisme classique, selon lequel Dieu est tout à fait extérieur au monde et le panthéisme selon lequel Dieu est la Nature du monde.
Le panenthéisme affirme que Dieu est partout, qu'il est intérieur au monde et qu'il est pourtant plus que l'ensemble du monde.
Le théisme classique qui affirme que Dieu est au-dessus de nous et intervient dans le monde depuis l'extérieur, ne peut jamais expliquer vraiment la notion d'incarnation et la conception des sacrements qui impliquent que sa présence soit intérieure au monde.
Le panenthéisme dit, par contre, que Dieu est à l’œuvre en nous et par nous.
 
L'omniscience de Dieu
 
La théologie du Process considère que Dieu sait tout ce qui est connaissable. L'avenir n'étant pas décidé, n'existant évidemment pas encore, Dieu ne peut évidemment pas le connaître.
 
La toute-puissance de Dieu
 
John B. Cobb considère la doctrine de la toute-puissance de Dieu comme la plus dommageable de toutes. Le titre de « tout-puissant » est, dans la Bible, la traduction fautive de l'hébreu « El Shaddaï », dont le sens, très discuté aujourd'hui, se rattache sans doute plutôt à l'idée de « Dieu des montagnes ».
 
Si Dieu disposait de tous les pouvoirs, il faudrait bien admettre qu'il serait à lui seul, responsable de tous les malheurs du monde !
 
Les théologiens du Process estiment que ce n'est pas le cas et que les événements qui se produisent dans le monde ont des causes et des origines multiples et diverses. Dieu suggère, persuade, appelle le monde à certaines attitudes mais finalement c'est nous qui décidons, pour le meilleur ou pour le pire.
 
J. R. Hustwit
Recension d'articles de John B. Cobb
 
Traduction Gilles Castelnau
 
Source : Protestants dans la ville, le 16 mars 2007
-------------------------------------------------------------------------------------
 
Si les articles de ce blog vous intéressent, vous pouvez vous abonner aux nouvelles publications en inscrivant simplement votre adresse mail dans l’espace dédié dans la colonne de droite.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article